La rubrique « A la rencontre de » vous propose de découvrir autrement les Murcielagos, d’apprendre à connaître nos joueurs et nos joueuses mais aussi les hommes et les femmes qui se cachent derrière. On finira toujours ces entrevues par l’interview décalée que l’on n’a pas voulu couper.

Cette semaine on est allé voir le Girondin du club : Alexandre Lambert.

Le joueur

Der Kartoffel.

celtafutsal.fr : Salut Alex, pour certains, « Bûche », pour d’autres, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Alexandre Lambert : Alexandre Lambert, 28 ans, 1 mètre 86 et 88 kilos à la pesée du matin au repos sans forcer (rires). Sur le plan pro je pilote l’activité financement et services pour une dizaine de concessions Renault dans la région. Je suis du Sud-Ouest, c’est ma plus grande fierté, et oui c’est plus sympa de dire poche et chocolatine que sac poubelle et pains au chocolat, faut pas déconner (sourire).

cf.fr : Depuis quand es-tu au club ? Comment y es-tu arrivé ?

A.L. : Je suis arrivé au club quasiment en même temps que sur Rennes, c’était à la fin de l’année 2014. J’avais entendu parler du club sur les réseaux sociaux et puis j’ai bien aimé vos sales trognes donc je me suis dit : « Ok banco, le Celta c’est fait pour moi » et aujourd’hui je suis le plus heureux des hommes dans ce vestiaire.

cf.fr : Sur le terrain quelle est ta plus grosse qualité et à l’inverse ton plus gros défaut ?

A.L. : Ça c’est très simple, ma plus grosse qualité c’est ma finesse technique et mon plus gros défaut mon physique (rires). Je sens que je vais me faire tailler sur celle-là.

cf.fr : Quel est le joueur qui t’a donné le plus de difficultés depuis que tu es au club, en match et/ou à l’entrainement ?

A.L. : Franchement en match je n’ai pas forcément de souvenirs, on croise pas mal de bons joueurs sur les terrains de futsal. Peut-être l’ancien pivot du Ria avec qui on livre de beaux combats à chaque fois. Ça tombe bien on devrait se retrouver samedi soir en coupe, ça sera un beau rendez-vous…

L’homme

Le chevalier et sa monture. Un héros des temps modernes.

cf.fr : Quel montant de transfert te ferait signer les yeux fermé chez PSA ?

A.L. : Des millions d’euros et même mon président s’opposerait à mon transfert (rires). Non, plus sérieusement ce n’est pas forcément le but, je suis déjà chez une marque généraliste et qui, par ses chiffres, est numéro 1. Si c’est pour changer autant se diriger vers les marques premium.

cf.fr : La phrase ou le dicton qui te correspond le mieux ?

A.L. : « 7 fois à terre, 8 fois debout. » C’est un proverbe japonais que me parle et que j’essaye de me remémorer à chaque fois que la vie ne m’épargne pas. La vie c’est un combat ce n’est pas le monde des Bisounours, il faut se battre si tu veux arriver loin.

cf.fr : L’émission télé que tu regardes le plus souvent ?

A.L. : Je pense sans trop hésiter que je peux répondre le Canal Football Club ! C’est une bonne manière de finir le week-end tranquillement en jogging sur le canapé avec une petite Carlsberg, petite dédicace à mon ami Yo Moisan.

cf.fr : Ta journée type dans la vie de tous les jours ?

A.L. : Ma journée type elle commence vers 6 heures, ensuite je pars pour l’une des concessions dont je suis le responsable. Briefing avec les équipes de ventes vers 8h30 où j’aborde les différents points chauds du moment. J’enchaîne après toute la journée entre le téléphone et les rendez-vous. Ensuite vers 18-19h il est temps de rentrer sur Rennes pour un entraînement avec le Celta.

L’interview décalée

Bûche juste avant le casting Harry Potter. Il postulait pour être Severus Rogue.

cf.fr : Le chocolat soigne les peines de cœur et le pâté alors ?

A.L. : Le pâte soigne les bourrelets bien-sûr (sourire).

cf.fr : Ça sert à quoi d’aller en boite de nuit avec des lunettes de soleil ?

A.L. : A passer pour un con tout simplement (rires).

cf.fr : Que penser des mecs qui conduisent avec le coude à la fenêtre ?

A.L. : Je viens du Sud-Ouest, vous voulez que je me fasse tuer ! L’été il y a plein de mecs qui roulent le coude à la fenêtre chez moi. Joker sur cette question je risquerais d’être pris à partie par des membres de ma famille ou des amis à mon retour là-bas (rires).

cf.fr : La question que tu aurais voulu que l’on te pose et ta réponse ?

A.L. : Quel est le plus grand club de l’histoire du football français ? Les Girondins de Bordeaux. Point barre.

cf.fr : Merci à toi d’avoir pris le temps de répondre à cette interview, on te laisse le mot de la fin pour tes lecteurs.

A.L. : Hâte d’être à samedi soir pour jouer un beau match de futsal et bien représenter nos couleurs dans une belle salle avec du monde en tribunes !