La rubrique « A la rencontre de » vous propose de découvrir autrement les Murcielagos, d’apprendre à connaître nos joueurs et nos joueuses mais aussi les hommes et les femmes qui se cachent derrière. On finira toujours ces entrevues par l’interview décalée que l’on n’a pas voulu couper.

Cette semaine on est allé voir l’un des goeladors du groupe : Nicolas Delaunay.

Le joueur

15007601_10209188223557603_1763266904_o

11 ans avant une victoire du Celta, Nico et ses protèges Robocop sévissaient déjà dans la salle de Saint-Jean-sur-Couesnon

celtafutsal.fr : Salut Nico, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Nicolas Delaunay : Nico, se rapprochant petit à petit de la catégorie des vétérans. J’ai encore un peu de temps en me disant que le père Moisan y passera avant (sourire) !

cf.fr : Tu fais partie des « cadres » du club, peux-tu nous dire quel est ton rôle sur le terrain et au club en général, qu’est-ce que tu essayes d’apporter ?

N.D. : Merci de me rappeler que je suis dans les anciens (sourire). C’est simplement de montrer aux petits jeunes que même avec de l’âge l’envie est toujours présente et qu’il faut toujours prendre exemple sur Yo Moisan ! Quand Yo va tout va ! Bon il va un peu moins bien avec ses sorties du vendredi soir, il récupère moins bien aussi.

cf.fr : Il y a 3 ans, tu avais signé pour jouer en temps que pointe basse, comment en es-tu arrivé à jouer pivot offensif ?

N.D. : Quand je suis arrivé effectivement c’était pour un rôle plus défensif mais l’attaquant vedette Thibault Pichard s’est évaporé petit à petit. Il faut dire aussi que la vitesse n’était pas son point fort donc ils ont pensé à moi…

cf.fr : Tu es un enfant du CPB Bréquigny (foot à 11) qui est réputé pour être un club familial, trouves-tu des similitudes avec le Celta Club Futsal ?

N.D. : Il est vrai que je retrouve des similitudes mais à une plus petite échelle. Il y a des costauds à coup de Ricard avec « Pocho » (Manuel, prénom préféré de Yo Moisan), de cognac avec la « Buchette » (Alex Lambert), de vin avec Nono, « le Corse » (Jean-Fé Juguet) mais aussi le nouveau et son short trop petit (Max Aubry) … ou à base de coca pour « Djé Matt Houston ».

L’homme

229608_1044501267727_3650_n

Pour la tenue c’est non M.Delaunay ! Carton jaune ! C’est même un jaune orangé !

cf.fr : Ta plus grande peur ou une phobie ?

N.D. : De me retrouver en match face au petit cinglé (Pocho) ou l’autre gros bœuf (Buchette) !

cf.fr : La légende dit que tu serais un véritable phénomène au jeu du « caps », quel est ton secret ?

N.D. la légende viens du « Louch » (Luc Audiger) c’est lui le phénomène avec tout ce qu’il se met dans la tronche et il est meilleur quand il ne voit plus rien ! J’ai juste joué une fois par hasard…

cf.fr : Si tu pouvais avoir une qualité que tu n’as pas ?

N.D. : La frappe de balle de notre président Nico Gardey !

cf.fr : Ta journée type dans la vie de tous les jours ?

N.D. : Levé à 5h50 pour vérifier les pneus de la trottinette, oui c’est important sinon ça roule moins bien. Je vous passe le washage etc, à 8 heures je mets mon casque et mes coudières … et je prends ma voiture ! Je vais au travail jusqu’à 18 heures et lorsque je rentre je revérifie si les pneus de ma trottinette sont toujours gonflés, si oui c’est cool comme ça je pourrai dormir un peu plus longtemps le lendemain matin.

L’interview décalée

14971457_10209188216357423_1543872817_o

4 Celtistas ou ex-Celtistas se cachent sur cette image, sauras-tu les retrouver ? Pour l’un d’entre eux le club le cherche toujours alors joker.

cf.fr : Pourquoi « abréviation » est-il un mot si long ?

N.D. : De quel type d’abréviations on parle ? Il en existe plusieurs, par exemple les abréviations romaines, médiévales, modernes, normées … vous reviendrez vers moi lorsque vos questions seront plus claires (rires) !

cf.fr : Duquel de tes 5 sens pourrais-tu te séparer ?

N.D. : Pendant la partie de la journée où il y a foot je dirais l’odorat, parce que vu l’odeur de certains sacs ! Je tairai le nom de leurs propriétaires, ils se reconnaitront.

cf.fr : Pourquoi quand on va retirer au guichet automatique, il y a une file d’attente de 15 minutes et quand on part il n’y a personne derrière nous ?

N.D. : Ça date de l’époque gréco-romaine lorsque Charlemagne allait faire ses courses au supermarché. Il avais mis en place ces fameuses queues aux caisses pour donner l’impression que le supermarché était super ! Eh bien là c’est pareil c’est super !

cf.fr : Pourquoi les établissements ouverts 24h/24 et 7j/7 ont-ils une serrure ?

N.D. : C’est comme les distributeurs, c’est ouvert 24h/24 et 7j/7. Charlemagne voulait aider au lancement de la serrure créée par son filleul Manuel VI, comte de Mont-Moisan.

cf.fr : Merci à toi d’avoir pris le temps de répondre à cette interview, on te laisse le mot de la fin pour tes lecteurs.

N.D. : Vous avez pu lire de belle chose sur la famille Celta, n’hésitez pas à venir la découvrir en vrai le vendredi soir au Palais des Sport de Cesson !