Les réservistes ont mis la machine en route cette saison à la faveur de deux victoires consécutives après un début de championnat délicat. Un détail a cependant son importance, ces deux succès ont été obtenus à l’extérieur, les hommes de Willy Guéro n’ont toujours pas gagné à domicile. La réception de Saint-Malo doit permettre de débloquer le compteur au Palais des Sports.

Le match

Dès les premières minutes pourtant B.Poujol est mis à contribution et détourne sur son montant une frappe malouine venue de la droite. Les Celtistas n’ont pas plus de réussite dans le contre qui suit, C.Bique bute sur le portier avant de reprendre à côté. Les Ciel et Noir ont la possession et se créent quelques occasions mais manquent d’efficacité pour ouvrir le score. Il faut attendre pour cela un bon débordement de Y.Moisan sur la droite qui trouve C.Bique dans l’axe, en pivot ce dernier inscrit le premier but de la partie (1-0, 13′). On croit au second but des Cessonnais à cinq minutes de la pause mais la réalisation de P.Gardey est refusée pour une faute peu évidente, le coup-franc est rapidement joué par les visiteurs et ceux-ci parviennent à égaliser (1-1, 20′).

Les Murcielagos ne paniquent pas et repartent de l’avant, Y.Moisan traverse le terrain dans la largeur en se défaisant de deux adversaires, depuis la droite il transmet le cuir à G.Pichard qui marque seul devant le but (2-1, 23′). Au buzzer de cette fin de premier acte on comprend mal comment l’écart ne peut pas être plus important au vu du monopole que les Celtistas ont sur le ballon. Ils vont accentuer la différence dès l’entame de la seconde période. P.Gardey sert parfaitement son frère, A.Gardey, qui se défait du dernier défenseur par un crochet, sa frappe est repoussée. Il a plus de chance en tant que passeur décisif dans la course de D.Mexmain qui conclut de près avant que P.Gardey ne trouve une belle passe vers M.Berhault dont la frappe en force finit sous la barre (4-1, 30′). La partie s’emballe un peu durant quelques minutes pendant lesquelles les deux formations attaquant avec conviction. Les mouvements des Ciel et Noir sont plus fluides, sans pour autant que l’efficacité ne soit au bout.

C’est même Saint-Malo qui va de nouveau scorer sur un coup-franc que personne ne touche (4-2, 39′). Le Celta manque alors par deux fois l’opportunité de reprendre trois buts d’avance, Y.Moisan bien lancé en profondeur réalise un dribble un peu trop long sur le gardien alors que P.Gardey manque un peu de justesse dans sa remise vers son frère A.Gardey qui ne peut empêcher le portier de le contrer. Il faut finalement une touche vite jouée de G.Pichard vers C.Bique pour voir le cinquième but cessonnais mais Saint-Malo recolle à deux unités juste après par une frappe lointaine (5-3, 45′). Les dernières secondes sont échevelées, déjà à cinq fautes les Celtistas se font sanctionner par deux penaltys spéciaux, le premier est détourné par B.Poujol, le second n’est pas cadré. La dernière attaque est pour le Celta, P.Gardey gratte un ballon près du point de corner et trouve une ultime fois son frère A.Gardey dont la frappe est encore sortie par le gardien.

L’après-match

Au terme d’un match où le Celta aura clairement eu la maîtrise du ballon l’équipe finit avec une victoire méritée mais pourtant étriquée. Manque de justesse dans les derniers gestes et joueurs un peu trop statiques par moments auront été les deux freins principaux à un score plus large.

Il faudra monter d’un cran voire deux lors du prochain match face à la TA Rennes, vendredi 9 décembre.

Feuille de match

Celta Club Futsal 5 – 3 Saint-Malo Ch. Amitié

Composition : Benjamin Poujol (g), Jérémy Moreau, Marc Berhault (c), Guillaume Pichard, Yohann Moisan, Damien Mexmain, Arnaud Gardey, Christophe Bique, Paul Gardey.

Coach : Willy Guéro

Buts : Christophe Bique (13′, 44′), Guillaume Pichard (23′), Damien Mexmain (28′), Marc Berhault (30′).

Passes décisives : Yohann Moisan (13′, 23′), Arnaud Gardey (28′), Paul Gardey (30′), Guillaume Pichard (44′).

Arbitres : Roland Berthelot, Jonathan Bique.

Table de marque/chronomètre : Jérémy Delalande.

Un grand merci à Jonathan pour avoir pris le sifflet pour cette rencontre ainsi qu’à Julien pour la photo de une de cet article.