Il est la recrue d’expérience de cette intersaison, figure déjà bien connue du sport cessonnais pour avoir été capitaine de l’OC Cesson il amène avec lui tout son vécu et surtout un sacré bagage technique. Ce qu’il nous avait pas dit c’est qu’il a aussi dans ses valises une bonne dose de second degré qu’il n’a pas manqué d’utiliser dans cette interview.

On vous emmène à la rencontre de : Yohann Moisan.

celtafutsal.fr : Salut Yo, tu arrives au club cette année, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Yoann Moisan : Je suis originaire de la région parisienne. Après avoir vécu dans le 29 et le 22 cela fait une dizaine d’années que je suis sur Rennes. Je travaille pour une compagnie d’assurance. J’ai deux petits garçons, voila pour moi.

cf.fr : Jusque là tu as eu un très beau parcours avec notamment un passage par l’EAG, raconte nous ton passé de footballeur.

Y.M. : J’ai commencé le foot dans un petit club à coté de chez moi, Charly-sur-Marne. Suite au déménagement de mes parents, je me suis retrouvé à St-Pol-de-Léon, dans le 29, jusqu’à mes 14 ans. C’est à ce moment là que j’ai eu la chance de rejoindre l’EAG. J’ai pu côtoyer des joueurs de légende… Tout le monde pense à Drogba, Malouda mais les vraies légendes, méconnues du grand public, sont plutôt Jean-Baptiste Le Bescond, Gaëtan Hulo. Ce sont ces joueurs qui ont fait et façonné En Avant Guingamp… J’y ai passé 5 ans. Après 2 ans à Lannion en CFA 2 j’ai rejoint l’OC Cesson où j’ai évolué durant 10 ans je crois. Là encore au contact des Davy Sylla, Romain Azas, Tom Lambert, Atik Anefta, Dav Rebillat, Jo Amiotte, JM Le Polodec et bien d’autres, je n’ai pas seulement pris du plaisir à jouer mais j’ai également, grâce à leur charisme et leur prestance, pu évoluer en tant qu’homme.

cf.fr : Tu as été capitaine de l’OC Cesson il y a quelques temps, c’était un choix de rester sur la commune ?

Y.M. : Non pas forcément mais c’est tant mieux. Cessonnais un jour Cessonnais toujours.

cf.fr : Tu avais d’autres sollicitations ? Qu’est-ce qui t’a décidé à choisir le projet du Celta ?

Y.M. : Aucune proposition, le Celta est le seul endroit qui voulait de moi. Vous ne vous rendez pas compte… Pourquoi le futsal ? J’espère que le terrain plus petit conviendra davantage à mes vieilles cannes, mais la vraie raison est que je cherche encore à progresser et le seul moyen pour ça était d’évoluer aux cotés de « Nono » Gardey. Quel joueur ! Mon rêve devient possible. cf.fr : Dans quel rôle te vois-tu évoluer sur le terrain cette saison ?

Y.M. : Aucune idée. Je vais découvrir la discipline. Sinon les bancs de touche sont confortables ?

cf.fr : Un dernier mot pour tes futurs coéquipiers et l’ensemble du club ?

Y.M. : J’ai une Clio à vendre, faible consommation, assurance pas cher, petit prix. Me contacter. Sinon j’espère passer une saison pleine de victoires. Forza Celta ! C’est comme ça que vous dites ?